Maitrisez l’exposition avec le triangle ouverture / vitesse / sensibilité

Une explication courte et simple qui met l’exposition au coeur de la création. Apprenez à équilibrez la lumière dès la prise de vue pour un résultat naturel.

Comprendre le trio ouverture / vitesse / sensibilité pour bonifier vos images!

Ce trio est le moyen d’action principal que vous utiliserez pour obtenir l’exposition correcte de la scène que vous souhaitez capturer. Dans les cours de photo, on parle souvent du couple ouverture-vitesse mais la sensibilité, en numérique, est devenue également un paramètre important.

Chaque membre de ce trio contribue à sa manière à la réussite de votre composition. Voyons cela.

Vitesse :

La vitesse, ou plus exactement le temps de pose (temps pendant lequel le capteur s’expose à la lumière), définit de manière générale la netteté de la photo. La palette de vitesses offerte par les Reflex modernes est impressionnante : elle s’étale de quelques millièmes de seconde à plusieurs minutes, voir .. des heures!
Le temps de pose est influencé principalement par la luminosité du sujet, sa vitesse de déplacement (ou son immobilité), sa distance, vos propres mouvements (flou de bougé) … et les effets que vous souhaiterez rendre (parfois, les flous sont voulus).

Le temps de pose s’exprime en « seconde ». Vous trouverez des valeurs telles que : 1/60; 1/125; 1/250; 1/500; etc..

Ouverture :

Si le temps de pose (vitesse) définit la netteté de manière générale, l’ouverture la définit de manière précise.

Associée à la mise au point (la bague de mise au point de votre objectif), l’ouverture définit la profondeur de champ (voir le sujet dédié : Ouverture et Profondeur de Champ I) qui mettra le sujet en valeur dans un environnement net ou flou.

Sur les bridges et compact, votre emprise sur la profondeur de champ est limitée parce que les capteurs sont petits et la plage des valeurs  d’ouverture n’est pas très étendue (voir le sujet dédié : Flou / Net : La taille du capteur compte! ).

Sur les reflex, ce paramètre prend toute son ampleur avec des optiques dites lumineuses (qui peuvent ouvrir à f/2,8 ou moins) puisque la profondeur de champ pourra être réglée de très faible à très importante.

Avec un reflex, on utilise souvent le mode priorité (A) (pour Aperture) afin de contrôler vraiment ce paramètre. Le reflex choisit alors la vitesse adéquate en fonction de la lumière  et de la sensibilité (ISO) que vous aurez définie.

L’ouverture s’exprime par une fraction : f/x ou x = 1,4 – 2 – 2,8 – 4 – 5,6 – 8 – 11 – 16 – 22 – 32 et une myriade de valeurs intermédiaires.
Puisqu’il s’agit d’une fraction, au plus n est grand (f/32), au plus le trou laissé ouvert par le diaphragme est petit. C’est une gymnastique intellectuelle mais vous vous habituerez très vite .. 🙂 ..

Sensibilité :

Il y a des situations pour lesquelles le «couple temps de pose / ouverture» ne permet pas une exposition adéquate.
Le seul paramètre (en dehors d’un appoint artificiel de lumière) sur lequel il vous est encore permis de jouer est la sensibilité électronique du capteur, exprimée en ISO.

Sur les Reflex, la valeur de base est en général de 200 ISO, voir 100 ou 50 ISO sur les les plus récents capteurs au format 24×36. Les valeurs standardisées sont : 100 – 200 – 400 – 800 – 1600 – 3200 – etc..

Peut-on user et abuser de la montée en ISO? Hélas non….
Le «bruit» (semblable au «grain» en argentique mais beaucoup moins beau) monte en conséquence avec une perte plus ou moins prononcée des détails.

Encore une fois les compacts et bridges, par le format réduit de leurs capteurs, n’ont pas une latitude importante de réglage sur ce paramètre. Les reflex sont plus à l’aise et, même si la qualité est altérée, ils peuvent travailler de 100 à 3200/6400 ISO sans avoir d’altérations dissuasives. Des « bêtes » haut de gamme comme le Nikon D4 ou le Canon EOS-1DMark IV montent allègrement à 12.800 ISO en maîtrisant le bruit de façon impressionnante!

Les pas :

Un pas de réglage, ou 1 EV (Exposure Value), ou 1 STOP, équivaut à la différence de quantité de lumière – deux fois moins ou deux fois plus – reçue par le capteur.

Par exemple:
Un temps de pose de 1/30s permet de capter deux fois plus de lumière qu’un temps de pose de 1/60s. Il y a 1 pas (1EV – 1 STOP) entre les deux.

Entre 1/60s et 1/500s, il y a 3 pas : on perd 3 EV ( 1/60 -> 1/125 -> 1/250 -> 1/500 ). Il entre 8x moins de lumière (2x moins puis 2x moins puis 2x moins = 8x moins)

Entre 200 et 1600 ISO, il y 3 pas : on gagne 3 EV ( 200 -> 400 -> 800 -> 1600 ). Le capteur amplifie la lumière reçue par 8.

Pour l’ouverture, c’est différent puisque c’est un diamètre exprimé par la fraction de la focale (les millimètres de l’objectif).
Pour recevoir deux fois plus de lumière il faut découvrir une surface deux fois plus grande. Comme la surface dépend du carré du rayon, on gagne 1EV toutes les racines carrées de 2:
f/32 – f/22 – f/16 – f/11 – f/5,6 – f/4 – f/2,8 – f/2 – f/1,4

Alors ? :

Alors, une photo prise à 1/250s – 400 ISO – f/5,6 sera exposée de la même manière qu’à 1/500s – 200 ISO – f/2,8 mais le rendu sera complètement différent, notamment pour ce qui concerne la profondeur de champ.
(De  f/5,6  à  f/2,8, je gagne 2EV. De 400 à 200 ISO, je perds 1EV. De 1/250 à 1/500s, je perds 1EV)

Que faut-il privilégier?

Je n’ai pas la réponse!  Tout dépend du sujet.

En Macro et portrait, je donne priorité à l’ouverture.
En sport et pour les environnements peu éclairés, je donne priorité à la vitesse… en jouant sur la sensibilité .. 😮 ..

Dans tous les cas, je vais essayer :

1) de travailler à la valeur ISO nominale de mon capteur (voir votre manuel). C’est à cette valeur que le capteur produit le moins de « bruit ». Ce paramètre a un effet important sur la qualité de l’image.

2) de fixer le dénominateur de mon temps de pose à une valeur au moins égale à la focale utilisée pour éviter les flous de bouger. Si j’ai un 100mm, j’utilise 1/100 ou moins (1/125; 1/250; etc..)

Vous et l’exposition en photo ?

Comment jouez-vous avec les paramètres ?   Comprenez-vous bien les différents pas ?   Utilisez-vous le mode manuel ou automatique ?

 

11 réflexions sur “Maitrisez l’exposition avec le triangle ouverture / vitesse / sensibilité”

  1. OGIER Estelle

    Que signifie « valeur ISO nominale de mon capteur » ? Est-ce que cela signifie que je dois tenter de travailler à la valeur la plus basse que me propose mon capteur (exemple : D7000 descend à 100 ISO) ?

    1. Eric Heymans

      Oui, Estelle. Tu dois tenter de travailler à cette valeur le plus souvent possible.
      La valeur Iso « nominale » est la valeur Iso pour laquelle le capteur délivre des informations au processeur d’images SANS amplifier le signal. C’est la situation idéale pour éviter le « bruit numérique ».
      Tous les capteurs en ont une mais il semble très difficile de savoir ce qu’il en est exactement.
      Certains parlent de Iso160 ou Iso320 chez Canon et Iso100 ou Iso200 chez Nikon.
      Perso .. j’estime qu’il s’agit de la première valeur dispo dans la sélection (hors Lo ou Hi qui sont des valeurs extrêmes).
      Sur mon ex D300s, cette valeur était de Iso200. Sur le D800, c’est Iso100.

      Attention à la psychose du « bruit » : Sur les appareils modernes, les constructeurs ont fait d’immenses progrès et le « bruit » est bien géré. Sur un D7000, tu devrais pouvoir monter à Iso1600 sans trop de soucis.
      Je réserve la montée en Iso lorsque mon temps d’expo est trop long pour obtenir une photo nette … 🙂 .. dans les autres cas, je travaille à Iso100

      Merci pour ta question .. 🙂

  2. j’appelle ça le trio infernal.
    chaque paramètre crée du flou, bon ou mauvais. le but du jeu est de profiter du bon et d’échapper au mauvais (je te suggère d’en faire l’inventaire)

    en général je suis en priorité ouverture, variable selon le sujet … et je surveille la vitesse. si trop basse ou trop haute … modif de la sensibilité.
    avec le live-view je vois de suite si l’image sera sur ou sous-ex. donc correction d’exposition immédiate.

    la priorité vitesse est un piège. je ne l’utilise que pour des cas très particuliers par ex. pour maitriser un flou de mouvement.

    le mode manuel est bien … en studio, quand on utilise une charte grise et autres conditions pointues.
    sinon pourquoi se prendre la tête à aligner le surseur d’exposition sur le zéro quand les modes semi-auto le font tout seuls ?

    le mode automatique ? c’est quoi, ça ? je déteste ces machines intelligentes qui se trompent une fois sur deux et je préfère faire les erreurs moi-même.
    🙂

  3. Bonjour Eric

    Que penses tu du nouveau objectif nikon 70/200 ouverture 4 tout le temps

    Je suis tentée par cet objectif vu le poids ,l’ouverture 2,8 est vraiment trop lourd
    Pour l’instant j’ai un 24/70 ouverture 2,8
    50 1,8
    70/300 4?5/5,6
    105macro 2,8

    De plus je n’ai pas encore de flash Quel serait le meilleur achat.Flash ou objectif

    Amicalement
    Geneviève

    1. Eric Heymans

      Bonjour Geneviève.
      La presse semble unanime pour reconnaître les qualités du 70/200 F/4.
      Ceci dit, il fera peut-être double emploi avec ton 70/300.
      Pour choisir entre le flash et le 70/200 … je ne saurais te dire ce qui convient le mieux .. en premier lieu puisque cela dépend essentiellement .. de TES habitudes photographiques.
      Si tu es satisfaite du piqué de ton 70/300 .. garde-le … et investis plutôt dans le flash … 🙂

  4. Bonjour Eric,

    quelle mine d’infos utiles nous donnes-tu! Merci merci!
    Je pense comprendre les différentes valeurs dont tu parles, que ce soit l’ouverture, la vitesse, la sensibilité, les « pas » EV…
    Mais je n’arrive toujours pas à comprendre à quel moment utiliser le réglage « Exposition +/- » (compensation d’exposition) proposé par mon appareil.
    Sur quels paramètres joue cette compensation. Elle ne change ni l’ouverture, ni la vitesse, ni la sensibilité de mon capteur, donc….?
    Merci beaucoup pour ta réponse,
    Frédérique

    1. Eric Heymans

      Frédérique,
      En mode A (priorité ouverture), la compensation d’exposition influe bel et bien sur la vitesse initiale telle qu’elle est calculée à partir de la mesure de la lumière.
      Pour une situation donnée, disons 1/500s, une correction de -1IL amènera l’appareil à faire la photo à 1/1000s (moins exposé) pour une ouverture qui ne change pas.
      Pour une correction de +1IL, la vitesse résultante sera de 1/250s (plus exposée).

      La compensation d’exposition n’a aucun effet en mode M.

      Em mode S, la compensation jouera sur l’ouverture pour modifier la quantité de lumière entrante.

      En mode P, je ne sais pas, je n’ai jamais essayé!

      Fait donc un essai, trois fois le même cadrage, dans les 2 minutes, éclairage constant :
      – Un shoot initial
      – Un shoot à -1IL
      – Un shoot à +1IL
      … et compare les exifs … 🙂

      Belle journée,
      Eric

      1. Frédérique

        Merci pour ta réponse rapide et très claire.
        J’ai effectué les tests que tu me proposes.
        En mode P, la compensation d’exposition joue sur la vitesse, tout comme en priorité ouverture.

        Si j’ai bien compris le topo, cette compensation en mode S ou en mode A revient au même que d’utiliser le mode M en choisissant directement moi-même la vitesse et l’ouverture?

      2. Eric Heymans

        Salut Frédérique.
        Merci pour les tests!
        Ta compréhension est exacte.
        La compensation d’exposition n’est utile que dans les modes semi-automatiques (A,P,S) car, en fin de compte, elle permet « d’influencer » le choix que fait l’appareil en fonction de la mesure de la lumière. En mode manuel (M), c’est toi qui choisi tous les paramètres et tu peux donc très bien décider de sur-exposer ou de sous-exposer directement à partir des molettes de contrôle de l’ouverture et de la vitesse.
        Il ne sert à rien (de fait) de définir des paramètres manuels et d’agir sur la compensation d’expo!
        Belle journée,
        Eric

  5. Geachte Eric,
    J’ignorais complètement ta règle
    « fixer le dénominateur de mon temps de pose à une valeur au moins égale à la focale utilisée pour éviter les flous de bouger. Si j’ai un 100mm, j’utilise 1/100 ou moins (1/125; 1/250; etc.. ».
    Mais je ne comprends pas d’où ça vient (pourquoi c’est comme ça)
    peux tu éclairere ma lanterne ?
    Merci

    1. Eric Heymans

      Beste Françis.
      Ce n’est pas une règle très scientifique quoi que nous pourrions nous amuser à calculer la vitesse de déplacement d’un point fixe de la scène à photographier sur le capteur tandis qu’il passe d’un pixel à l’autre.
      Au plus la focale utilisée est grande, au plus nos tremblements d’humain se trouvent amplifiés au niveau de l’image captée puisque le mouvement angulaire au bout de l’objectif génère une vitesse de déplacement plus importante.. qu’à sa base.
      Il faut donc diminuer le temps de pose afin de figer l’image sur le capteur.

      Par sécurité, il vaut même mieux tabler sur 2x la focale.

      Ceci n’est pas valable si le dispositif est stabilisé.
      Si il l’est, on peut facilement augmenter le temps de pose jusqu’à 1 sur une demi focale, voir 1 sur un quart de focale.

      Goede nacht !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Restez Informé !

Faites comme + de 6.000 photographes passionnés qui reçoivent mes articles dans leur boite de messagerie.

Je ne partagerai jamais vos données avec des tiers et, moi aussi, je déteste le spam.