Le format RAW, ou comment tirer toute la substance de vos photos

Un moment donné, dans la vie d’un photographe, vient une question quasi sémantique : RAW ou JPEG ?
Avant d’arrêter ce choix de manière définitive, ou pas, vous devez vous interroger sur la destination de vos images.

Je shoote au format RAW : Pourquoi ?

En effet, la destination définira :

  • a) le besoin en qualité de l’image et,
  • b) la rapidité avec laquelle vous aurez à la produire.

Ce second paramètre – la rapidité – n’est pas un élément négligeable. Il est sérieusement à prendre en considération.

Le format RAW, une boite à outils !
Le format RAW, une boite à outils !

 

Différents types de fichiers, mais pourquoi bon sang !

Les reflex modernes produisent, à la demande, un fichier « brut » (RAW) et/ou un fichier au format standardisé JPEG.

Au plus vous irez vers la gamme des appareils dits « Compact », au plus vous serez obligés d’accepter le format JPEG.

La différence FONDAMENTALE entre les deux types de fichier réside dans le fait que le JPEG est un fichier «développé » (comme si il était passé par la chambre noire de développement des films analogiques) tandis que le RAW est un fichier qui DOIT encore être développé.

Une deuxième différence importante réside dans la quantité d’information que contient chaque format !

Le  JPEG est codé sur 8 bits (1 byte ou 1 octet), soit 256 niveaux d’information tandis que le RAW est codé sur 12 ou 14 bits, soit  4096 ou 16384 niveaux d’information !

Avant / Après : Format RAW : Balance des blancs, couleurs, luminosité, détails .. :)
Avant / Après : Format RAW : Balance des blancs, couleurs, luminosité, détails .. 🙂

OK, me direz vous, c’est du chinois pour moi !  Traduction … s’il te plait.

Dans la nature, la transcription sur l’œil des couleurs et de l’intensité lumineuse se fait de manière linéaire (analogique).  Il s’agit de belles courbes dont la granularité est infinie.
En digital il s’agit de colonnes dont les sommets forment une sorte d’escalier.  Pour une hauteur donnée, le JPEG contiendra 256 marches, un RAW 4.096 ou 16.384 marches… mais beaucoup plus étroites.
La granularité de l’information est donc beaucoup plus grande dans un format RAW.

Pour prendre un autre exemple, le JPEG contiendra 256 niveaux de gris alors que le RAW en contiendra 4.096 ou 16.384. Les dégradés seront donc bien plus beaux (sur des grands tirages).

Un dessin imagé et très exagéré intentionnellement :

Format JPEG : Les colonnes sont larges
JPEG : Les colonnes sont larges

 

Format RAW : Les colonnes sont minces, il y en a donc ... plus
RAW : Les colonnes sont minces, il y en a donc… plus !

Une troisième différence importante réside dans la manière dont les informations sont enregistrées. Dans un JPEG, l’information est enregistrée en UNE couche et en données compressées. C’est-à-dire que des paramètres tels que la luminosité, les couleurs, la balance des blancs, etc… sont FIXEES et mélangées en une SEULE couche de données numériques.
Dans un RAW, les données sont enregistrées dans PLUSIEURS couches de données numériques. La différence se fera sentir en post traitement puisque avec le format RAW, vous agissez sur chaque paramètre séparément (je modifie la couche de données « bleu »,  mais que le bleu) et avec le JPEG vous agissez sur tous les paramètres en même temps (je modifie le bleu, et en même temps le vert et le rouge et la luminosité, etc …) .

La précision du développement et la liberté d’action sont donc plus grands avec un RAW.

Avant/Après : L'image se passe de commentaire - Le format Raw dans tous ses états !
Avant/Après: RAW : L’image se passe de commentaire

Il est important de noter ceci :  Quand vous travaillez sur un RAW dans votre logiciel de développement (Lightroom ou asimilé) aucune modification n’est destructive, vous pouvez revenir en arrière. Quand vous travaillez sur un JPEG et que vous le sauvegardez, la modification est définitive, vous ne pouvez pas revenir en arrière.

Comme je le disais, le JPEG est un format de données compressées. C’est important lorsqu’il s’agit d’espace de stockage sur les cartes et de rapidité d’action. Bien souvent, les professionnels, dans la photo de sport par exemple, doivent remettre leurs travaux très rapidement et ils n’ont absolument pas le temps de passer cinq ou dix minutes sur chaque image pour les développer.
Ils préféreront donc le JPEG au RAW.

Standardisation

S’il est un domaine dans lequel le JPEG prend l’avantage sur le RAW, c’est bien au niveau de la standardisation.
JPEG est l’abréviation de « Joint Photographic Experts Group ». Ce groupe a définit comment une image doit être compressée et lue. Tout logiciel ou appareil qui produit un JPEG le fera suivant la norme définie, ce qui garantit la portabilité des fichiers et une lecture identique quel que soit l’outil de visualisation.

Le RAW ne rencontre malheureusement pas ce niveau de standardisation, sauf dans un cas sur lequel je reviens.
Pour ne parler que d’eux, Canon et Nikon développent leur propre format RAW, et pas seulement pour leur marque, mais bien PAR MODELE !

En pratique, et ce ne sont que des exemples, le RAW d’un Nikon D7000 n’est pas le même que celui d’un Nikon D3200, celui d’un Canon 5DMIII n’est pas le même que celui d’un EOS 7D.

Avant / Après : Format RAW - Si ils existent, il est possible d'aller chercher du détail et de la couleur
Avant / Après : Format RAW – Si les informations existent dans le fichier, il est possible de révéler des détails et des couleurs

Pourquoi un RAW par modèle ?

Parce que nos chers constructeurs mettent dans « leur » RAW bien plus que l’image en elle-même. Ils mettent aussi les paramètres de configuration de l’appareil. Chez Nikon, par exemple, la fonction D-Lightning permet de déboucher les ombres à la prise de vue pour autant qu’elle soit activée. En passant dans Capture NX-D (logiciel de Nikon), le paramètre passera et l’image affichée tiendra compte du D-Lightning.

Est-ce que cela veut dire que seul Capture NX-D sait lire l’entièreté du fichier RAW Nikon ?
La réponse est OUI.
Aucun autre logiciel sur le marché ne retrouvera TOUS les paramètres du format RAW Nikon.

La même chose est valable pour Canon et son logiciel DPP.

Je reviens vers l’exception dont je parlais plus haut : le format DNG est un format « ouvert » issu du monde « open source » qui a le mérite de définir des standards assez proches du RAW (qui en fait n’est pas vraiment un format, vous l’aurez compris). Le nom le plus connu, attaché à ce format, est Adobe Photoshop.

Certains constructeurs tels Leica ou Olympus et quelques autres ont décidés d’utiliser ce format pour leurs fichiers RAW. Ceci à l’avantage de permettre à tous les logiciels de développement d’avoir accès à toutes les informations de tous les modèles d’appareils qui l’utilisent, et ce sans devoir mettre le logiciel de développement à jour lorsqu’un nouveau modèle apparaît sur le marché. MERCI !

Avant / Après : Format RAW - Rendre l'ordinaire .. extraordinaire
Avant / Après : Format RAW – Rendre l’ordinaire .. extraordinaire

Le format RAW ne contient aucune couleur!

Non ! … et oui.

Les informations RVB (Rouge, Vert, Bleu) sont contenues chacune dans une couche de donnée différente suivant une matrice qui correspond à l’agencement des pixels sur le capteur. Il n’y a donc pas de besoin d’enregistrer la couleur en soi.

Le logiciel qui lira le RAW contient un algorithme de « dématriçage » qui va aller lire ces couches et leur rendre leur couleur respective. Chaque logiciel a son PROPRE algorithme. Un même RAW sera donc présenté de manière différente à l’écran par chacun d’entre-eux.
En clair, cela veut dire qu’un même RAW apparaît différemment dans Lightroom, DxO, Capture One, Capture NX-D, DPP, Affinity Photo, etc …
Il s’agit déjà d’un développement en soi dont les paramètres initiaux sont définis par l’éditeur du logiciel.

Je vais m’arrêter ici, j’ai dit l’essentiel (même si il y a encore beaucoup à dire)!

Le saviez-vous ?

  • L’histogramme que vous visualisez sur votre reflex est issu d’un JPEG rapidement créé
  • Toutes les miniatures que vous visualisez sur votre reflex aussi
  • Même les compacts utilisent le RAW mais l’image est convertie en JPEG au bout de la chaîne pour écrire les données rapidement sur la carte mémoire et permettre de stocker d’avantage d’images.

 

En savoir plus sur le JPEG : http://fr.wikipedia.org/wiki/JPEG

 

Et vous ?

Shootez-vous en JPEG ou en RAW ? Allez-vous passer le cap vers le RAW ?  Racontez vos expériences ..:)

 

Si cet article vous a aidé, peut-être aidera-t-il d’autres personnes ?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

48 réflexions sur “Le format RAW, ou comment tirer toute la substance de vos photos”

  1. RAW sans hésiter et Lightroom. Je n\’ai jamais utilisé Aperture mais semble bien également. Il y a moyen d\’acheter Lightroom LR4 via Adobe education pour environ 75€ (au lieu de 300€ LR3 il y a un an).Alternative open source (Max OSX ou Linux) gratuite à Lightroom : http://getpocket.com/a/read/216509338 – Je n\’ai jamais essayé …

    1. Eric Heymans

      Il existe aussi en open source le logiciel RawTherapee : http://rawtherapee.com/ … assez simple et efficace ..
      Pour les aficionados de Photoshop, il existe aussi Pixelmator (MAC) ou Gimp. Pixelmator est dispo sur l’Appstore pour 11,99€. Il est terrible et super complet .

  2. Eric Ostermann

    jpeg+raw mais je n’utilise le raw que pour le HDR , mais apres avoir lu l’article , vais tenter le raw pour le tout :-))

  3. pour ma part, je viens de passer au raw, en effet il laisse plus de possibilité de « travailler » l’image ; l’inconvénient c’est la taille mais au prix des disques dur actuellement, on fait facilement des sauvegardes externes.
    Avec photoshop ou ligthroom, on sait quand même rattraper beaucoup d’une image pas top et pour laquelle on n’a pas vu sur l’écran de l’appareil, un ou l’autre défaut.
    LR en plus permet de garder l’image originelle ce qui est super !
    Donc RAW, même si ça remplit plus vite nos cartes mémoires;

  4. Passé en full RAW, suite à une video de Nikon School sur capture NX.

    J’essaye d’utiliser Camera RAW, Capture NX, prochainement LR et rawtherapy. Il me manque beaucoup trop de bases pour y être efficace, mais je peux pas faire pire que les traitements soi disant optimisés Nikon et la balance des blanc peu précise en auto. (Testé sur D90, D200, D2X, D3)

    Pour les processeurs de compact CANON, le raw est possible, entre autres goodies via http://fr.wikipedia.org/wiki/CHDK

  5. Jean claude

    La différence est telle qu’il n’y a pas photo entre le raw et jpeg malgré le travail en post production .

    Merci pour tous vos articles

    Jean claude

  6. Michel Willems

    Je shoote avec un Canon 50D et je viens de passer au RAW que je traite avec camera RAW lié à Photoshop Cs5 le traitement est plus précis mais aussi plus complexe donc je cherche encore beaucoup pour trouver les meilleurs réglages si vous avez des tuto à partager sur le sujet je suis preneur

    Merci
    Michel

    1. Eric Heymans

      Michel,
      Malheureusement, je ne connais pas PS .. 🙁
      Mais je vais bientôt lancer des tutos LightRoom … 🙂
      Vive le RAW

  7. Entre le Raw et le Jpeg il n’y a pas photo!!!Ca oblige à plus de travail en post production mais le résultat est là .
    J’ai découvert votre site il y a peu de jour , félicitations , la confrérie vient de gagner un membre
    J’apprécie beaucoup vos articles .
    Jean claude

  8. Je debute tout juste en photo de facon un peu plus approfondie, et je suis bien conscient de l’utilite du Raw mais, par contre pour l’instant, mes essais ne sont pas super concluants… mais je persevere !

    1. Eric Heymans

      Cool .. 😉 C’est une bonne chose .. la persévérance 🙂

    2. C’est vrai que quand on commence a développer ses RAW on se rend compte de tout le potentiel qu’on peut tirer de ses photos. Comme je l’ai dit précédemment je commence a m’y mettre mais les photo peuvent être vraiment beaucoup plus belle après traitement.

  9. J’ai mis un moment à comprendre que le RAW était le « négatif » à conserver absolument, quelque soit le travail que l’on décide de faire sur ses photos …

    1. Eric Heymans

      Bonjour Yannick,
      Tu soulèves probablement LE point qui fait réfléchir la plupart des photographes « numériques ».
      Le RAW est, en effet, gourmand en espace de stockage, tant à la prise de vue (pour les cartes mémoires) qu’une fois rentré à la maison, sur le disque dur!
      Ceci dit, on aborde alors un autre sujet : l’archivage .. et les sauvegardes de sécurité sur des supports moins chers!

  10. je travaille beaucoup en RAW et garde le jpeg pour la rapidité (sur circuit ou fete d’enfants, partout ou ça bouge) et donc si vous avez quelques minutes voici un lien sur quelques réalisations de ma part avec un 400D et un retraitement photo.Et si vous avez encore quelques instants dis-moi ce que vous en pensez….
    cordialement à tous
    http://www.acdseeonline.com/album/tamcire/1495782/

  11. Bonjour ,

    Je shoot aussi en RAW et c’est un réel de plaisir de développer chaque image et de révéler chaque détail que l’on avait vue lors de la prise de vue.
    J’ai effectivement longtemps cru que c’était triché, mais quand on compare un jpeg et un raw de la même photo sorti du même appareil, on voit que l’appareil « developpe » lui aussi le raw et donc quand on travaille sur dur RAW on ne triche pas mais on fait le boulot de l’appareil 😉

    1. Eric Heymans

      Bonjour Kromatographe … (chouette nom)
      Merci pour ton passage ici ..
      Eric

  12. Bonjour,
    J’ai commencé en Jpeg +Raw cet été. Je n’ai pas osé ne faire que du Raw de peur de ne pas savoir développer. L’avantage du Jpeg + Raw c’est qu’il permet de visualiser tout de suite les photos par un simple et rapide transfert sur tablette. Il me reste maintenant à travailler les Raw….
    Bravo pour ces articles très intéressant et pour les tuto…. Je suis une élève assidue !

    1. Eric Heymans

      Bonjour Alanay,
      En effet, la visualisation sur tablette nécessite un Jpeg.
      Je suis aussi passé par dur Raw+Jpeg avant de ne shooter qu’en RAW.
      Il m’a fallu plus de confiance dans mes connaissances « développement » pour faire le saut complet.
      Ca viendra .. j’en suis certain.
      Merci pour ton passage ici.
      Eric

  13. Super ton article Eric,

    Ne possèdant pas encore de « reflex »,je ne peu que suivre vos conversations qui me seront part ailleur très utiles le moment venu.
    A la lecture de ton article et des commentaires sera du « RAW » sans hésitation.
    Une petite question : Sait on avec un réflex « prendre » un cliché en « RAW et JPEG » en même temps ?,ma question est peut être idiote mais je pense que cela serait très utile dans le cas ou on a pas toujours le temps pour un traitement approfondi !

    Toujour un plaisir sur tes pages Eric,

    p’titJo

    1. Eric Heymans

      Bonjour p’titjo.
      La réponse est oui, prendre des photos dans les 2 formats en même temps est possible.
      Sur les appareils avec 2 cartes mémoires, tu peux aussi choisir sur laquelle des cartes tu sauvegarderas l’un et l’autre.
      Attention toutefois à la vitesse de sauvegarde pour les photos faites en rafale : comme l’appareil doit sauvegarder plus de données, cela peut ralentir le nombre de photos disponibles dans un temps donné.

      Belle journée,
      Eric

  14. Bonjour Eric,

    Et tous mes voeux pour cette nouvelle année ! 😉

    Pour moi c’est définitivement le .raw. La plage dynamique offerte par ce format est juste incroyable !

    Bon cela dépend des appareils, mais en règle générale on peut dire que le .raw offre des possibilités créatives bien plus importantes qu’un .jpeg. Le .jpeg pour moi n’est rien d’autres que de laisser à l’appareil nos choix créatifs !

    A tel point que je ne conçois pas travailler autrement !

    1. Eric Heymans

      Bonjour Serge,
      Meilleurs Voeux également !
      Nous partageons la même « vision » donc 🙂
      A bientôt,
      Eric

    2. Bonour,Eric,a tous,

      On est bien d’accord le « RAW » pour prendre et travailler ses clichés lorsque son APN le permet !
      Il ne faut pas aller jusqu’a faire croire que le « JPEG » ne vaut rien,beaucoup de photographe amateur doivent s’en contenter et font des cliché magnifiques aussi !,sinon je suis d’accord avec Serge et toi sur le plan créatif mais on sait parfaitement retoucher un cliché « JPEG »,avec moins de possibilités bien sur ! 😉

      p’titJo

    3. Eric Heymans

      Bonjour p’titjo.
      Loin de moi l’idée de dire que le JPEG ne vaut rien.
      Dans bien des circonstances, le JPEG est et restera un format bien utile.
      Il demande juste un peu plus d’attention au moment de la prise de vue quant aux réglages de l’appareil.
      Je connais des photographes qui ne tirent qu’en JPEG 🙂
      Belle journée,
      Eric

    4. Bonjour Eric,

      Oui,on est sur la même longueur d’onde 😉 je ne voulais pas de faire dire cela nom plus,c’était plutôt part rapport a certains com’s qui pour moi avaient tendance a faire croire cela…. 😉

      Toujours un plaisir sur tes pages.

      p’titJo

  15. Bonjour Eric, bonjour à tous,

    Je shoote également en RAW depuis peu mais je suis déçue par mon développement (Aperture – Canon 6D).
    Lorsque je regarde tes photos avant et après, c’est bien sûr spectaculaire.
    Ce qui serait intéressant c’est d’expliquer comment tu arrives au résultat.
    Merci pour ton blog et articles toujours intéressants.
    Dominique.

    1. Eric Heymans

      Bonjour Dochaudron.
      Je comprends bien qu’il serait intéressant que j’explique comment j’arrive à ce résultat.
      La complexité de la chose réside dans le fait qu’il s’agit de plusieurs années d’utilisation, de compréhension des paramètres et de la connaissance des logiciels de développement.
      Aperture, que j’utilise aussi, ne permet pas (à mon avis) d’aller aussi loin que l’on voudrait, raison pour laquelle j’ai opté pour un complément matérialisé par la suite logicielle « Nik Software » qui vient en « au-dessus » de Aperture (ou Lightroom).
      J’ai déjà pensé à faire tout une série de vidéos mais cela prend du temps, hélas.

      Tu pourras déjà trouver un aperçu de ces outils ici, ici et ici.

      Je retiens l’idée de développer le sujet.

      Belle journée,

    2. Merci Eric.
      J’ai reçu le Lightroom 5 mais je ne l’ai pas encore installé car je voulais d’abord maitriser et voir les résultats avec Aperture mais je suis un peu déçue.
      J’ai un tuto Aperture mais les explications pour le dévellopement RAW sont assez succintes pour ne pas dire inexistantes. J’ai regardé un peu partout sur le net mais je ne trouve pas grand chose de vraiment concret.
      Bonne journée et encore merci.
      Dominique.

    3. Eric Heymans

      En effet, les tutos « Aperture » sont plutôt rares.
      Je pense que c’est simplement dû au fait que c’est un produit rarement utilisé.
      Belle journée

  16. Gilles Murguet

    Bonjour,

    Shootez-vous en JPEG ou en RAW ? Allez-vous passer le cap vers le RAW ?
    En tant qu’ancien Graphiste 2D/3D s’il y a bien une chose que j’avais comprise c’est la pauvreté du format Jpeg. Donc même avant d’avoir acheté mon reflex je savais que je travaillerais qu’en RAW et c’est le cas. Je crois que cet appareil n’a jamais dû écrire un seul fichier Jpeg sur une carte mémoire…

    Racontez vos expériences ..:)
    Une personne impatiente et quelque peu mal élevée m’a emprunté ma carte mémoire sur mon appareil pour voir les photos du spectacle avant que je les ai traitées…
    Elle est arrivée en courant, en criant au drame ; »Ta carte est foutue, je n’arrive pas à lire les photos du spectacle !!!… »
    Je dois avouer que je suis parti d’un fou rire dont j’ai eu beaucoup de mal de sortir ^_^ Surtout devant le visage désappointé de la dite personne face à ma primo réaction… ;P

  17. Bonjour Eric,

    Comme toujours, un article fort instructif, clair et bien présenté. Juste une petite erreur à signaler. Tu écris au début de l’article « Le JPEG est codé sur 8 bits (octets) »; les octets ne sont pas des bits mais des bytes (mais 8 bits font bien 1 octet ;-).

    Bien à toi.

    1. Eric Heymans

      Bonjour Rudy.
      En effet, je vais corriger cela. Merci
      Belle journée.

  18. Bonjour Eric,
    Bravo pour ce site qui regorge de pépites, conseils et autres.
    Pour notre part c’est Raw+Jpeg, ce qui effectivement ralentit vite la cadence en rafale et demande des cartes SD de 32G pour avoir l’esprit tranquille.
    Nos ordis tournant sous Linux, comme toi je recommande l’excellent RawTherapee qui permet même des sauvegardes de profils et le traitement par lot mais aussi DarkTable. Ces deux programmes traitent plusieurs formats Raw (variétés Canon, Nikon…) et aussi le Jpeg.
    Pour le Jpeg exclusivement, ShowFoto offre pas mal de possibilités étonnantes vu les limites imposées par le format.
    Enfin Tintii (payant pour Windows après 30 jours de démo) permet de jouer à garder une touche de couleur tout en passant le reste de la photo en noir et blanc (style parfois dépassé tant on en a abusé).

    Cordialement

    1. Eric Heymans

      Bonjour Ben & Sam.

      Merci !

      Et bien voilà quelques exemples de logiciels que je ne connaissais pas (pour la plupart).
      Je ne manquerai pas de « googeler » afin d’en apprendre plus.

      Belle journée.

  19. Bonjour,
    Voilà enfin une bonne explication du RAW.
    Pour ma part, je fais peu de RAW et beaucoup de JPEG, que je traite sous DIGIKAM (étant sous Linux), qui donne de belles possibilités. D’ailleurs, mes JPEG sont encore et toujours « meilleurs » que mes RAW, que je n’arrive décidément pas à traiter. Les résultats sous RAWTHERAPY et DARKTABLE sont identiques à ceux de DIGIKAM à savoir « moins bons » que les JPEG !
    Je dois rater quelque chose, mais quoi ?
    Merci

    1. Eric Heymans

      Bonjour Dantou,

      Un RAW est un fichier « brut » non exploitable tel quel.
      Les JPEG semblent plus « beaux » parce que les fichier sont traités (développés).
      C’est d’autant plus flagrant pour les JPEG créés directement sut l’appareil photo puisque les constructeurs appliquent des réglages qui flattent l’image.
      Lorsque vous ouvrez un RAW dans un logiciel, ce que vous voyez à l’écran est une interprétation du fichier après un « dématriçage » du fichier brut.
      chaque logiciel a son propre algorithme et si les paramètres par défaut sont neutres, le rendu semblera toujours bien inférieur en qualité que celui d’un JPEG issu de l’appareil.
      Le RAW est un format qui requiert de développer l’image. Il faut le voir comme le négatif produit par les films « argentiques ».
      Le principal outil à utiliser pour améliorer le rendu est « l’accentuation » qui va renforcer la netteté perçue (à utiliser sans abuser).

      Belle journée !

  20. le roy bernard

    bonjour,
    je fais pas mal de jpeg, mais de plus en plus de raw..je découvre aussi le noir et blanc que j’aime beaucoup.. j’ai un canon 60 d et étant sur mac je n’ai que « iphoto » pour améliorer mes photos.. dans l’ensemble çà va , mais pour le noir et blanc çà manque…. de noir et de blanc… que me conseillerais tu comme logiciel qui puisse me donner satisfaction autant en couleur qu’en noir et blanc ?
    merci par avance et encore bravo pour tes conseils éclairés
    bernard

    1. Eric Heymans

      Bonjour Bernard,
      Je ne saurai que trop conseiller Silver Efex Pro (Google Nik Collection) que j’utilise moi-même !
      Il s’agit d’une suite logicielle qui s’intègre avec Lightroom et Photoshop.
      https://www.google.com/intl/fr/nikcollection/
      Avant son rachat par Google, cette suite coûtait assez cher. Le prix actuel n’est même pas le prix de Silver Efex Pro à l’époque.
      Tous ceux à qui j’ai conseillé ce logiciel en sont ravi.
      Toutes les images Noir et Blanc de mon site sont traitées par ce logiciel.
      La suite fonctionne aussi sans Lightroom ou Photoshop…
      Belle journée !

    2. le roy Bernard

      bonjour Eric,
      Merci pour ta réponse et tes conseils toujours si précieux
      Bonne journée à toi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Restez Informé !

Faites comme près de 6.500 photographes passionnés qui reçoivent mes articles dans leur boite de messagerie.

Je ne partagerai jamais vos données avec des tiers et, moi aussi, je déteste le spam.

10 Conseils en + 

Améliorez votre approche de la photo dès maintenant avec mon guide de 10 conseils pratiques en 50 pages. 

Je n'envoie pas de spam et ne partagerai jamais vos données avec des tiers